vendredi 23 mars 2018

Les chaussettes, comment ça marche ?

Préambule :  Merci beaucoup pour tous les messages que vous m'avez envoyés suite à mon dernier billet. Je suis très touchée de votre soutien. Je n'ai pas l'intention d'abandonner ce blog, mais en ce moment il y a des choses compliquées dans ma vie ainsi que dans celle de personnes qui me sont chères, et ça me pèse. Écrire ce blog est ma récréation, ma bouffée d'oxygène, mais des fois je n'ai pas envie de sortir de ma coquille. Je ne pouvais pas ignorer l'anniversaire du blog mais je ne pouvais pas vous mentir non plus. Maintenant, passons à des choses plus intéressantes :
les chaussettes !




Hahaha, j'allais commencer mon article en vous disant que je vous avais déjà donné plein d'informations sur les chaussettes, mais en fait c'était dans l'article que le blog a mangé le 31 décembre. Grumpf

Il n'y a plus qu'à recommencer du coup. Mon objectif aujourd'hui est de démystifier autant que faire se peut le tricot de chaussettes.

D'abord, penchons nous sur l'anatomie de la chaussette ?

De haut en bas, une chaussette, c'est un tube, qui commence généralement par des côtes bien élastiques pour bien tenir en place, puis un talon, qui forme un coude qui permet au tube de changer de direction, puis de nouveau un tube, et une pointe qui ferme tout ça. Si vous regardez n'importe quelles chaussettes dans vos tiroirs, elles sont toutes globalement fabriquées comme ça. (vous remarquerez aussi qu'elles sont tricotées, vos chaussettes du commerce. Tricotées par des machines, certes, mais tricotées. Si des machines peuvent le faire, il n'y a aucune raison qu'un humain ne puisse pas le faire)

Ce qui est très important, vu qu'on va marcher dessus et les enfermer dans des chaussures, c'est qu'il n'y ait pas de couture. Une couture, ça fait une sur-épaisseur qui va faire mal. Donc il faut tricoter en rond.

(parenthèse : pour tout ce que je dis ici, particulièrement quand je dis "il faut", ou toute autre formule péremptoire, il existe des exceptions, des variantes, des solutions totalement opposées à ce que je dis. La variété c'est la vie, et on apprend tous les jours)

Pour tricoter en rond il faut des aiguilles appropriées. Il en existe plusieurs sortes, si vous cliquez sur les liens vous trouverez des vidéos qui expliquent comment s'en servir.


Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise manière de tricoter en rond, il faut trouver celle qui nous convient, tester. Personnellement je m'embrouille les doigts avec plusieurs aiguilles, mais je connais des tricoteuses talentueuses qui ne jurent que par ça.

Ces aiguilles existent en métal, en bois, en bambou, en carbone, là encore c'est une question de gout personnel. Je vous déconseillerais cependant les aiguilles en bois ou en bambou en dessous du 3,5mm, elles sont plus fragiles et risquent de casser. Des marques reconnues et de qualité sont Addi (Allemagne), ChiaoGoo (Chine), Hiya Hiya (Chine), KnitPro (USA). On les trouve en France, elles ont toutes leurs qualités et leurs défaut. J'ai récemment reçu un kit d'aiguilles interchangeables ChiaoGoo pour chaussettes, ce sont les meilleures aiguilles avec lesquelles j'ai jamais tricoté des chaussettes. Les câbles, la texture des aiguilles, la pointe, tout me convient parfaitement.



Quel numéro d'aiguilles ? Et bien cela dépend de la laine que l'on va tricoter. La plupart des chaussettes que je tricote sont réalisées en laine de type "fingering", environs 400m pour 100g, en mélange de laine (traitée superwash) et nylon (minimum 15% de nylon, maximum 25%). Pour ce type de fil, j'utilise des aiguilles de 2mm à 2,5mm, mais on peut tricoter avec des laines plus épaisses, cela donnera des grosses chaussettes pour mettre dans des bottes pour aller au jardin ou des chaussures de randonnées (ou juste pour garder les pieds au chaud au lit ou à la maison). Dans tous les cas, il faut que le tricot soit bien serré, si sur l'étiquette il est indiqué aiguilles 3-4mm, pour des chaussettes je partirais sur du 3mm.

Évidemment ça dépends si vous tricotez serré où lâche, à vous d'expérimenter, il faut que la chaussette se tienne bien, les mailles bien serrées vont protéger la laine des frottements,et augmenter la durée de vie de vos chaussettes. Mais il faut aussi que l'expérience du tricot reste un plaisir, ne vous crispez pas outre mesure non plus au risque de vous faire mal et de perdre le gout de tricoter des chaussettes.


Je préfère les laines composées de plusieurs fils retordus ensembles plutôt que les fils mèches qui sont structurellement plus fragiles.

petit mot de la fileuse: de gauche à droite un fil mèche (1 brin), un fil composé de 2 brins retordus peu serré, un fil 2 brins retordus serré, un fil 4 brins. Ces 4 fils ont la même composition, 75% laine superwash 25% nylon, ils sont tous les 4 vendus comme du fil à chaussettes. Sur le premier, la totalité du brin est exposé aux frottements, ce qui amène un plus grand risque que des petites fibres qui le composent s'échappent du fil, et forment des bouloches, cela amincit le fil et le fragilise. Sur les fils retordus il y a moins de surface exposée puisqu'une partie du brin est collée contre son ou ses collègues et est donc protégée. Plus le retors est serré et/ou plus il y a de brins, plus chaque brin est protégé, moins vite il s'usera.
Ceci dit on peut tricoter des chaussettes avec tous ces fils, du moment qu'on est conscient de leurs forces et de leurs faiblesses respectives.


Ma laine, je la trouve sur internet, les marques allemandes Regia et Opal font de très bonnes laines à chaussettes, la Fabel de Drops et la Jawoll de Lang sont bien aussi, et il y a aussi de nombreuses teinturières artisanales qui proposent de magnifiques laines à chaussettes.
Attention, la mention "sock" ou "laine à chaussettes" peut être trompeuse, car c'est un terme qui peut décrire l'épaisseur de la laine plutôt que sa compatibilité avec le tricot de chaussettes. La Malabrigo Sock, par exemple, que je trouve par ailleurs magnifique, ne se prête pas à mon avis au tricot de chaussettes.

Modèle de qualification de Sock Madness : Fee Dragee by Caoua Coffee
Laine Regia 4-fädig coloris Cobalt et Knitting in France SOX coloris Spring


Bien, on a les aiguilles, on a la laine, il ne reste plus que la réalisation. Pour cela, Internet en général et Ravelry en particulier sont nos amis. Vous trouverez, en vrac
Modèle du 1er tour de Sock Madness : Blackberry Socks by Karin Koopman
Laine à chaussettes teinte par mes blanches mains et petits restes de pelotes inconnues

 L'autre intérêt de Ravelry c'est la communauté, vous pouvez y trouver de nombreux groupes, francophones ou non, autour d'un thème, d'un designer, d'un créateur, ... Et à toute heure du jour et de la nuit (ou presque) quelqu'un qui pourra vous aider si vous rencontrez une difficulté.



 Et si vous préférez un contact personnel, renseignez vous auprès de votre fournisseur de laine préféré, de plus en plus de boutiques de laine proposent des cours de tricot, soit pour débutants, soit de perfectionnement autour d'un thème.
Pour les "locales de l'étape", un nouveau lieu a ouvert récemment à Bayonne, Le Fil Café (46 rue des Basques). Je n'ai pas encore eu l'occasion de le visiter mais à ce que j'ai vu sur Facebook, ça a l'air fort sympathique (et il y a des cours pour apprendre à tricoter des chaussettes).


Modèle Tarragon the Gentle Dragon by Knit-a- Zoo
Voilà, j'espère que vous n'avez plus peur des chaussettes, Zébulon (ma mascotte de Sock Madness) et moi vous souhaitons bon tricot, n'hésitez pas si vous avez des questions où des points que vous souhaitez que je développe ou que je clarifie.



2 commentaires: